Amélie Dumas-Aubé
Amélie Dumas-Aubé Tourisme Chaudière-Appalaches
14 septembre 2020
Nouvelles des membres

Lancement du gin Saisie 38 par Camerises St-Philippe

Après avoir lancé leur entreprise fruitière en 2014, Denis et Nancy se lance dans la production d'alcool en mettant en vedette leur fameux petit fruit tant méconnu!

C'est le 12 septembre dernier que l'entreprise Camerises St-Philippe, situé à Saint-Anselme, a lancé son tout premier gin Saisie 38 sur ses terres dans Bellechasse. Après l'autocueillette et la vente de produits alimentaires, les propriétaires souhaient avoir un projet de retraite. Un peu plus de deux heures après son lancement, les 600 bouteilles du fameux gin Saisie 38 ont toutes été vendues, ce qui a énormément surpris ses deux créateurs qui ne pensaient jamais avoir un tel engouement!

Ce produit a une histoire bien spéciale. En effet, une saisie de contrebande d'alcool à cet endroit le 30 août 1938 est à l'origine du nom alloué. En pleine prohibition, une distillerie installée ici à Saint-Anselme devient la plus importante jamais découverte dans la région. Ce ne sont pas des contrebandiers amateurs que la gendarmerie a débusqués : quatre chefs d’accusation sont portés contre des Québécois, des Néo-Brunswickois et des Américains du Maine et de New York. Au total, neuf individus sont impliqués. Ils devaient fournir à la région de Québec de l'alcool illégalement fabriqué ou importé.

Dans la nuit du 30 août 1938, après une enquête secrète ayant duré plusieurs mois, les renseignements recueillis mènent les agents fédéraux dans un rang à Saint-Anselme, à quelques minutes du village. Ils trouvent l’installation sur une ferme, louée aux contrebandiers. Dans la grange située derrière ce bâtiment, on découvre un impressionnant alambic haut de deux étages, ainsi que cinq réservoirs pleins de malt en fermentation. La recette de fabrication d’alcool, dont les contrebandiers devaient se servir à la distillerie clandestine, est présentée en cour par un inspecteur qui l’avait saisie lors de l'arrestation d’un des individus. D’après l’analyse d’un expert , les malfaiteurs activaient la fermentation en y ajoutant de l’urée!

Cette histoire, c’est sur le site actuel de Camerises St-Philippe qu’elle s’est déroulée. Aujourd'hui, sur cette même terre, Nancy et Denis produisent entre autres un gin d'exception fait à base de camerises, que vous pouvez savourer en toute légalité.

Commentaires (0)